Sélectionner une page

La crise de la filière volaille n’en finit pas. Bourgoin disparu il y a plus de dix ans, aujourd’hui c’est Doux … Le paysage industriel se réduit. …Elle perd sur tous les tableaux. Sur les marchés mondiaux, ses prix ne sont plus compétitifs. Ses subventions à l’exportation viennent d’être divisées par deux Ces entreprises ne sont pas en mesure de lutter sur le marché mondial contre les Brésiliens, ou les Allemands, Danois et Néerlandais en Europe….

Après les abattoirs bretons de Doux fermés on ajoute à la liste celui de Chantonnay ! 300 emplois au Tapis mon Bernard !  j’entends également le désespoir chez 300 familles dans le pays du Chantonnay situé en Sud Vendée touché par la crise de plein fouet.